Paiement en ligne : comment obtenir un contrat VAD ?

Dans votre stratégie digitale, proposer un service de commande en ligne pour votre restaurant est une étape essentielle. Mais un site bien conçu et une offre adaptée ne suffisent pas : il faut également disposer d’une solution de paiement en ligne pour permettre une dématérialisation totale des transactions. Comment marche le contrat de Vente à Distance proposé par les banques, et combien ça coûte ?

Le contrat VAD, qu’est-ce que c’est ?

commande-en-ligne-contrat-VAD-paiement-en-ligne

Le contrat de Vente à Distance, plus communément appelé « contrat VAD », est le contrat passé entre un commerçant et sa banque pour pouvoir utiliser un Terminal de Paiement Électronique virtuel (TPE virtuel), c’est-à-dire une passerelle de paiement servant à traiter les transactions en ligne, vérifier la validité du moyen de paiement, etc.

C’est ce contrat qui vous permet de proposer le paiement par carte bancaire sur le site de commande en ligne de votre restaurant et qui autorise la banque à encaisser pour vous l’argent de vos clients internautes, pour ensuite le déposer sur votre compte bancaire.

Avant de vous lancer dans des démarches pour l’obtention d’un contrat VAD, il faut garder à l’esprit deux choses importantes :

  • les banques proposent généralement des offres « packagées », avec contrat VAD + TPE virtuel, mais rien ne vous contraint légalement d’accepter ces offres bancaires globales ;
  • il est en effet possible de passer par des sociétés spécialisées (comme Ingenico, Stripe, Paypal, Braintree) qui proposent des solutions tout-en-un, voire de « panacher » en faisant appel à sa banque pour un contrat VAD puis à ces sociétés spécialisées pour un TPE virtuel multibanque.

Obtenir un contrat VAD : les démarches

commande-en-ligne-contrat-VAD-paiement-en-ligne

Pour obtenir son contrat VAD, l’étape la plus importante est aussi la plus compliquée : il s’agit avant toute chose de convaincre sa banque. Légalement, elles sont entièrement responsables des paiements pour lesquels elles donnent leur aval. Mieux vaut donc bien soigner sa demande et préparer son entretien.

Pensez notamment à :

  • réaliser un dossier complet présentant votre activité de restauration, votre business plan, les produits que vous prévoyez de commercialiser sur votre site de commande en ligne afin d’être le plus crédible possible devant votre interlocuteur et de montrer que vous maîtrisez votre sujet ;
  • décrire vos sources d’approvisionnement, les conditions conclues avec vos fournisseurs ;
  • estimer le panier moyen que vous visez, ainsi que vos objectifs de vente ;
  • étayer vos propos avec des chiffres sur le e-commerce, témoignant de son essor, de son poids croissant et de son caractère désormais incontournable (statistiques, sondages, etc.) ;
  • réunir quelques exemples de sites de vente en ligne déjà existants dans le secteur de la restauration, et donc le succès est avéré.

Parlez de ces projets avec votre conseiller bancaire avant de convenir d’un rendez-vous, en vous assurant qu’il connaît bien le e-commerce et les contraintes liés au digital, mais aussi que vous êtes en position de force pour négocier avec lui (comptes approvisionnés, chiffres satisfaisants, rapports cordiaux, etc.).

Estimation du coût d’un contrat VAD

Si vous passez 100% par votre banque

commande-en-ligne-contrat-VAD-paiement-en-ligne

Il est difficile de donner un tarif précis : les prix varient d’une banque à l’autre et des négociations sont toujours possibles.

À titre indicatif, sachez toutefois que le coût des contrats VAD proposés par les banques, sous forme de package ou séparément, comprend généralement :

  • des frais d’ouverture / d’accès au service, compris entre 100 et 300 € ;
  • un abonnement mensuel, qui varie de 10 à 30 € ou des commissions, très variables, avec pour chaque transaction un pourcentage (de 0,8 à 1,5 % en moyenne) et des frais fixes (de 0,10 à 0,20 €).

Si vous passez 100% par un prestataire externe

Les offres proposées par les sociétés spécialisées sont souvent plus difficiles à comparer : elles peuvent s’avérer tour à tour plus onéreuses plus intéressantes ou différemment facturées. Exemples :

  • Fia-Net facture ainsi les frais d’ouverture 700 €, l’abonnement mensuel plus de 40 € et les commissions jusqu’à 0,70 % ;
  • Chez Payline, on vous demande un simple abonnement mensuel de 15 € , sans frais d’ouverture ni commissions ;
  • Chez Ingencio,  LivePepper a négocié des tarifs préférentiels très avantageux pour ses clients (nous contacter pour plus d’information : asmolen@livepepper.com) ;
  • Payzen propose des forfaits d’une quinzaine ou une trentaine d’euros avec 100 ou 1000 transactions incluses, mais pas de commission tant que vous n’excédez pas la quantité convenue.
  • Braintree propose également des tarifs préférentiels pour les clients LivePepper  (nous contacter pour plus d’information : asmolen@livepepper.com).

Dans ce cas, il vous suffira d’enregistrer vos coordonnées bancaires pour que l’argent soit transféré vers votre compte bancaire. Le recours à la banque n’est donc pas forcément nécessaire.

Si vous faites un combo banque/prestataire externe :

Dans le cas où vous « panachez », c’est à dire que vous souscrivez le contrat VAD auprès de votre banque, puis donnez la gestion du TPE virtuel à un prestataires externes, vous devrez payer des frais aux deux prestataires :

  • des frais d’ouverture du contrat VAD auprès de la banque,
  • un abonnement ou des commissions auprès de la solution externe spécialisée pour gérer les transactions.

Renseignez-vous sur les différentes solutions avant d’aller voir votre banquier.